Ma première visite à « SPAH convention » : Les 50ans !... (3ème partie)
 (La 1ère partie est ici -
La 2nde partie est ici)

L'hotel où tout se passeImaginez un peu...674 visiteurs à la convention de SPAH pour ces 50ans! Prêt de 580 harmonicistes ou amateurs d'harmonica. Il y avait même des familles, par exemple la famille Miklas, famille américaine typique, dont le père et la mère, le fils et la fille jouent de plusieurs types d'harmonica (toute la palette existante)... 580 harmonicistes logés sur place, mais seulement 485 au banquet final... Il y avait même un Tee-Shirt, affichant le logo de cette convention, très bien pensé !
Je suis arrivé en même temps que nos hôtes qui commençaient à installer les nombreuses salles destinées aux exposants, aux classes de maîtres et aux concerts. J'aurais pu m'incruster, voir ce qui se passait...mais sans badge, ni détail affichant pourquoi j'étais ici, les regards étaient un peu méfiants au premier abord. Ils se connaissaient, certains arrivaient de loin, cet à dire d'autres états; je retrouvais la même ambiance que dans les événements en Europe...Vous savez ? Quand vous ne voyez vos copains fans d'harmo que une fois par an, voire moins souvent...que vous êtes contents de retrouver un peu comme de la famille. Il me fallait bien ça pour me rappeler comment peu se sentir un nouveau venu sur un forum d'harmonica où nombreux sont ceux qui se sont déjà rencontrés... Certains n'osent jamais s'exprimer comme si ils attendaient que l'on vienne les chercher, et quittent même parfois les forums
Les françaisen pensant que c'est un repère de copains, donc fermé! Erreur...Il suffit de se présenter, poser des questions, répondre, s'intéresser, se déplacer, revenir... Personnellement j'attendais l'arrivée des copains français, je guettais le plaisir de faire coucou à Joe Filisko, Eric Noden, James Conway dans leur pays...Comme pour leur rendre la politesse de leurs visites en France... sûrement d'autres harmonicistes rencontrés en Europe... Je ne pensais pas aux têtes d'affiches. A la base j'étais là pour découvrir, faire connaissance. Que de découvertes !...
     
Nos hôtes à St Louis étaient le "Gateway harmonica club"; ils animaient en permanence le bar de l'hôtel. Winslow Yerxa, le président de SPAH veillait à ce que tout se passe au mieux... JP Pagan  s'impliquait aussi fortement. Quant à Joe Filisko, j'ai réalisé une fois de plus, à quel point il s'implique. Les boeufs le soir, les ateliers de maîtres les après-midi... Rick Estrin à eu une phrase très juste, spontanée pour définir Joe à Trossingen en son absence, très belle et méritée (article à venir)...  Le problème est toujours le même, voire de plus en plus un problème: Pour parvenir à faire des choses dont tout le monde est heureux de profiter, il faut des volontaires, bénévoles, qui n'agissent pas pour eux même avant tout (le meilleur moyen de se décourager), mais qui méritent des retours et de la reconnaissance... Sinon c'est la mort de festivals, ou l'asphyxie. J'arrête là, vous êtes convaincus !...
Assemblée GénéraleIl faut parler de JP Pagan: Le magazine papier américain d'harmonica "Harmonicas Happenings" c'est lui! Un travail titanesque pour une personne, même avec des contributeurs!  Il vient de décider de faire une pause, que je redoute longue... Qui prendra sa suite?... Pour le peu que je sache, je le sens mal ... Roger Trobridge en sait quelque chose pour "Harmonica World" (magazine de la NHL). Bernard Germain en France aussi, aujourd'hui Daniel Marty pour le magazine "Harmonicas de France". J'en ferais bien autant (Il y a plus que matière à faire), mais pas avant que les amateurs d'harmonicas en Francophonie ne s'impliquent plus, avec la juste persévérance (gratuitement s'entend: c'est du bénévolat. Mot pas encore sorti du dictionnaire par messieurs les académiciens; cela ne saurait tarder ? L'avenir le dira, il dépend de nous...)
Le jour d'arrivée des premiers visiteurs, une enveloppe m'attendait avec une surprise réservée à tous les participants: Un harmonica gravé pour le cinquantenaire de la SPAH! L'enveloppe contenait les derniers détails à jour pour profiter au mieux de la convention, ainsi que le badge qui donne accès à toutes les salles et qu'il est fortement recommandé de porter visible en permanence. Le badge est précieux pour les contacts, mais mène à des situations très amusantes surtout dans l'ascenseur reconnu pour son extrême lenteur...
Mon premier boeufPremier exemple: La majorité du temps nous nous retrouvions à plusieurs dans le grand ascenseur. Les conversations allaient bon train, chacun d'y aller en disant d'où il venait. En gros chacun venait d'un état différent, mais toujours des Etats Unis. Les regards se tournaient alors vers mon badge, ce qui provoquait un silence très amusant un peu comme si E.T. était parmi eux, mais parfois suivi de remarques très sympas à l'égard de Parisssss, de souvenirs de tourisme, voire même de nouvelles prises de contact qui en France seraient durables... Mais là, à l'ouverture des portes de l'ascenseur, c'était un peu comme dans une scène des "Men in Black" pour les connaisseurs (à la poursuite de vilains E.T, vous savez etc...). Point de flash à l'horizon, je ne me souviens de rien, si ce n'est que la différence de culture à cela de perturbant, que cinq minutes après, tout semblait oublié, comme si les échanges n'étaient que politesses, mais sans plus... En fait les relations sont très démonstratives, sympathiques, mais en final semblent très artificielles pour notre culture, au point d'installer un malaise, même pour les britanniques qui sont anglophones (la même langue rapproche)... Mais il faut être conscient qu'on est chez eux, prendre leurs habits (pour la métaphore), respecter l'hôte bien sûre. Pour mieux comprendre un pays, une culture, il faut y vivre et apprendre à s'adapter... Finalement, il m'a semblé que les relations les plus durables, qui mettaient le plus à l'aise, provenaient de personnes qui avaient voyagées assez souvent hors des USA; j'avais eu un peu l'impression d'être perçu comme un danger extérieur par d'autres... Pour rétablir une forme d'équilibre, je suis presque sûre que ceux qui seront venus visiter Paris, en seront revenus conquis par la ville mais pas par les locaux... Gateway Harmonica clubA St Louis, il y avait un docteur en médecine, harmoniciste et vivant à moins de 20Miles, et qui s'est avéré super accueillant et sympathique.  C'est son fils qui a brillamment aidé Michel Herblin avec sa guitare...  Pour ceux qui ont lu la seconde partie de mon article, j'en reviens à David, le local qui m'avait accepté à sa table au BB's Jazz, mais qui n'avait pas la chance d'occuper ses journées à la convention, seulement ses soirées car il travaillait à l'usine le jour...Le dernier soir, samedi, je lui confie ma gène vis à vis du décalage relationnel par rapport à l'Europe et il me répond "Tu sais...depuis Mardi je suis là tous les soirs jusqu'à la nuit...et en final tu es le seul que je connaisse"!...

Deuxième exemple: Le samedi matin, dernier jour, à 8:30 les portes de l'ascenseur s'ouvrent et face à moi "Charly McCoy et sa femme"... J'entre en faisant mine de ne pas le reconnaître (peur d'être lourd) avec la formule classique réciproque "Hey! Bonjour, comment ça va aujourd'hui?"...Lente descente de l'ascenseur avec juste nous trois à bord. Je vois alors Charly McCoy se pencher vers mon badge "Oh ! Vous êtes françaiiiiis! De quelle parte de France ?" Nous avons ainsi échangés sur neuf étages...Lui de me dire qu'il est un grand ami de Jean-Jacques Milteau (je le savais). Le soir même je revois sa femme; elle se souvenait de moi, et j'ai eu le plaisir de la faire rire en lui racontant ma première rencontre avec Charly McCoy à Vauréal, quand il m'a signé un autographe pour...Patricia (le prénom de sa femme, moi c'est Patrice). 
A SPAH, la première chose impressionnante est qu'il est impossible de trouver un endroit sans harmonicas! Je n'avais jamais vu ça...Que ce soit à l'extérieur, à l'entrée, dans le bar, dans les étages... NON STOP! Il vaut donc mieux aimer l'harmonica, ou partir avant de craquer . La piscine de l'hôtel était assez populaire, car c'était le seul endroit où la tête suffisamment profond sous l'eau, l'harmonica s'arrêtait...sauf les graves genres Thunderbird! J'en viens à me demander si l'augmentation des dauphins, baleines et autre cétacés échoués sur les plages, ne seraient pas lié à une augmentation des pêcheurs harmonicistes!... C'est que je dois vraiment aimer ce son, si fasse à quelque harmoniciste connu (pas français) dont je ne donnerai jamais le nom et qui m'avouaient au petit déDennysjeuner en anglais (indice) que "M...de alors! Le petit déjeuner, c'est sacré...ils pourraient au moins avoir la décence d'arrêter pendant ce temps là ". Si je me suis absenté de l'hôtel pour quelques petits déjeuners, en compagnie des français et parfois de Roger Trobridge; pour ma part c'était réellement pour savourer un endroit qui me rappelait un peu la série "Happy days" dont je suis toujours fan...Chez Denise comme l'appelait Michel Herblin...
Steve Watne Au premier petit déjeuner, Steve Watne, un brillant harmoniciste de Minneapolis s'installe à la table la plus proche de la mienne. Il en vient vite à constater par mon badge que je suis français, et se présente vite comme un ami de Jean Sabot (invité par James Conway à SPAH l'année d'avant), marié à une Bretonne. Un premier vrai échange sympa... Il y en a eu d'autre bien sûrs, j'ai d'ailleurs récolté nombre de cartes de visites. En tant qu'amateur, même en n'ayant un niveau très moyen, il est donc tout à fait possible de commencer à faire des contacts sympas...d'espérer échanger un jour, dans un domaine autre que le jeu peut être, mais en rapport avec le développement de l'harmonica et l'épanouissement d'harmonicistes, tout ce qu'un réseau permet de faire...
Comment se passaient les journées? Ceux qui vont à St Aignan, ou à Condat sur Vienne (une date en 2014 si les bénévoles le veulent bien, merci à eux d'avance...), ou à quelqu'autre rendez-vous d'harmonicistes qui proposent des classes de maître se déroulant en parallèle quand elles sont nombreuses...Ceux là savent à quel point il est difficile d'optimiser le séjour. A chaque fois on regrette d'en rater une pour avoir été présent à l'autre. Et bien à SPAH, c'est comme ça mais en pire... La caverne d'Ali Baba ! Sauf que vous avez les poches trop petites tellement il y a à prendre ou apprendre...
Filisko Teach InVoyez plutôt le programme 2013 ICI. Il y avait donc sept salles! L'une pouvait contenir plus de 500 personnes. Il fallait régulièrement choisir entre quatre à sept classes de maître, ou plusieurs classes de maître et une série de concerts... Deux projections de "Pocket Full of Soul" ont eu lieu ainsi que des vidéos ramenées par Roger Trobridge. J'ai raté la première de "Pocket Full of Soul" car j'étais chez Dennys avec les Balland et Michel Herblin et la seconde car en visite guidée "Downtown". J'avais pourtant envisagé de profiter du moment pour interroger le réalisateur du documentaire sur la pauvreté de ce qui se passait en Asie et en Europe, en demandant quand serai tournée la suite...mais bon: Faute d'avoir vu le film, je ne peux jeter de pavé dans la marre...Cependant quelques spécialistes m'en ont parlé, ce qui me fait dire: Super ! Mais vivement la suite ! A ce moment là il est probable que j'investisse dans les deux DVD ou plus... L'Amérique du sud se porte super bien, en Europe voire déjà en France on a largement de quoi faire, et en Asie c'est énorme si j'en juge par la représentativité et le niveau à Trossingen (Trossingen c'est prêt de 3000 visiteurs)... Même avec le programme, l'expérience était tellement intense, que je ne savais plus où donner de la tête. Je débarquais au premier "Filisko Teach-In" dans la salle de bal, et me retrouvais au milieu de nombre de tables disséminées, avec ce qui ressemblait à des ateliers...Joe me sentant un peu perdu vient vers moi et je lui dis "Hey Joe! Qu'est ce qu'il se passe ici? Je croyais que tu faisais une classe de maître" et Joe Filisko de me répondre par un clin d'oeil en faisant apparaître une feuille de sa veste, qu'il me donnait: Le programme des différents ateliers proposés dans la salle, vaste programme !  Soudain j'entends dans mon dos "Heyyyy Patrice ! Nice to see you here"...Il s'agissait de James Conway qui a laissé de superbes souvenirs au festival de Condat, et qui est un maître de la musique traditionnelle Irlandaise (sa mère était d'ailleurs une chanteuse Irlandaise). Je faisais le tour de la salle, ne sachant trop où m'arrêter tant le programme était varié, assez rare et passionnant. En arrivant au coin je reconnais Eric Noden qui accompagne l'atelier Cajun! Une charmante américaine (conjointe d'un harmoniciste) m'amène une chaise pour m'inciter à rester, et la place juste à côté de Jerry Devillier...
Atelier Cajun
Je ne réalisais pas sur le moment le cadeau qui m'était fait! Mon meilleurs souvenir de SPAH je pense... Je me retrouvais assis à côté de Jerry Devillier en personne, l'un des plus grands spécialistes de la musique Cajun, très respecté au delà des frontières: Un modèle! Jerry se tournait immédiatement vers moi en me demandant si j'étais un "Pucker" ou un "Tongue Blocker"... Je lui répondais que je savais un peu jouer en octave en bloquant des trous, mais sans plus et si peu. De là tout s'enchaînait, il m'a appris le morceau complet "J'ai passé devant ta porte", en moins de dix minutes, jusqu'à régler mes problèmes de rythme...J'en culpabilisais un peu pour le chinois, l'australien, et les autres autour de cette table que j'avais un peu l'impression de monopoliser. Jerry Devillier de Louisianne, se met à chanter le morceau en français, mais dans le français de mes grands parents (les pays de la Loire), avec presque le même accent, roulant fort les R... et Jerry L. Moody (un autre Louisianais) se met aussi à chanter pendant qu'on joue...puis il se lève et fonce à sa voiture pour y récupérer son accordéon Cajun...Inutile de vous dire que j'étais au paradis, ou ce qui doit y ressembler. En se quittant, Jerry Devillier m'a offert un CD de morceaux Cajun et un second pour m'exercer, qu'il me fait promettre de garder pour moi... Dès ce Mercredi, j'ai croisé des Louisianais, qui me parlaient un peu en français pour faire plaisir, visiblement satisfaits de voir que non seulement je comprenais très bien leur français, mais que ça me touchait d'autant plus. Cela m'a d'autant plus donné envie d'aller un jour en Louisianne...
President club collectionsPour ce qui est des salles réservées aux fabricants, Honher, Seydel, Suzuky étaient représentés. Il y avait aussi des collectionneurs d'harmonica, parmi lesquels l'association "Harmonica Collectors International". J'ai sympathisé avec le président de cette association. Il m'a appris qu'un français, assidu de Harmonicas de France, l'un des rares que je voyais se déplacer à Liège comme à St Aignan ou aux festivals de H2F, âgé, les cheveux blancs et long et qui filmait tout, était membre de cette association... Je rajouterai son nom ici quand je le retrouverai, il est malheureusement décédé en 2011 je crois. Je me suis inscrit à l'heure association pour leurs magazines, et les contacts et ils me manifestaient leur grande joie en m'expliquant que je remplaçais notre ami décédé, comme nouveau "Seul français" du club encore en vie!...
Comme je ne peux pas m'étendre trop longtemps sur les concerts et classes de maîtres, je privilégie ceux de Marko Balland et Michel Herblin. Pour  le reste je propose  une palette de vidéos...
Marko a fait une classe de maître sur l'amplification, assisté de Robert Koch pour la traduction. Robert parlant un parfait anglais et passant le principal de son temps avec les américains, il fait déjà partie des meubles . En 2012, Marko n'avait pas eu de chance avec la sono, qui n'était pas à la hauteur du besoin. Cette année, tout s'est bien passé, les questions pleuvaient... Marko avait aussi eu la bonne idée de distribuer des feuillets avec photos, et qui résumaient le principal. Robert aidait activement. La vidéo qui suit montre un petit extrait.
Marko Balland
Quant à Michel Herblin, c'est Robert Koch qui a été suffisamment persuasif auprès du bureau de SPAH, et qui a fait tout le nécessaire pour que Michel soit présent (Rien que le voyage suffit à décourager SPAH...Pour y aller un artiste à besoin de solide soutien... pourquoi pas les marques qu'ils "endorsent" voire les amateurs et Fans en France, juste une idée en l'air comme ça ). Connaissant la rareté de la présence de Michel aux Etats Unis, et me doutant de ce qui l'attendait (Les harmonicistes auraient la mémoire courte ? Il me semble bien que ses deux médailles d'or "de le monde", Michel les a obtenues là bas). Je me suis retenu jusqu'au dernier jour, de faire remarquer gentiment que Michel avait largement les qualités pour mériter la grande scène, voire même la scène du banquet final, le même soir que Charly McCoy et Robert Bonfiglio... La grande salle qui lui a été prêtée n'était pas assez remplie à mon avis, faute d'être connu par les américains. Il y avait pourtant plusieurs grandes pointures dans la salle, PT Gazell, Peter Madcat Ruth, Koei Tanaka, Filip Jers et j'en oublie... Le clavier qui accompagnait Michel était un Jazzman, mais débarquait complètement sur le répertoire de Michel, le contrebassiste était bon selon moi...mais ils n'ont eu que une journée pour se préparer, juste quelques heures de disponibilité des uns et autres... Michel, en plus de jouer bien, devait gérer une situation extrêmement compliquée... A la fin du concert, la plupart des grands harmonicistes, se sont précipités sur lui pour lui exprimer leur admiration; j'en ai même entendu un lui dire "Non mais attends...Tu ne te rends pas compte Michel, tu es vraiment un géant!"... Je pense que ici, on le sait, quelques semaines plus tard, j'ai un peu "charrié" les américains sur HARP-L en leur faisant remarquer qu'un peu plus d'ouverture ne faisait pas de mal, et qu'il me paraissait regrettable que pour une fois que Michel passait dans le coin, ils auraient du en profiter... Les réponses de leur part allaient dans mon sens, et Winslow de dire que malheureusement, comme toute association, c'est le budget qui fait défaut pour faire venir des gens de loin; cependant à mon avis, un passage sur la scène de la salle de bal eût été méritée... A part  ça SPAH est très bien, mais en tant que membre de cette association depuis trois ans, pour la signification de son acronyme, je les encourage à ne pas hésiter à se tourner vers ce qui se passe hors des Etats Unis; à moins d'avoir mal compris le but. Je suis juste un simple membre qui exprime un regret, mais je pense avoir tout de même un certain recul pour m'exprimer ainsi...
La classe de maître de Michel s'est très bien passée, et paraissait révolutionnaire aux américains en comparaison avec ce qu'ils avaient l'habitude de voire. Michel les a fait improviser hors des frontières du blues, en faisant constater à certains d'autres horizons, comme ils en témoignaient sur HARP-L. Côté matériel, la préparation de la classe a été aussi un peu rodéo, mais en final, Michel a obtenu ce dont il avait besoin de plusieurs personnes bien intentionnées.
Michel Robert Peter
Il y aurait tant à dire, et l'article se déroule...Pour ne pas devenir trop long, je parlerai juste de la venue de Charly McCoy, de la soirée de clôture avec le banquet et le concert final, et enfin des "Jam session" dont la plus folle reste probablement celle d'après banquet...
Charly McCoy et Buddy GreenCharly McCoy est arrivé le vendredi, et il a fait une classe de maître avec Buddy Green (encore un harmoniciste simple et sympa). C'était plutôt une forme d'entretien où le sujet principal était Charly. Les deux heures furent hilarantes, vraiment...mais je constatais rapidement plusieurs signes montrant à quel point Charly était iconifié par l'assistance. J'ai trouvé très humble et grande sa réaction, après avoir manifesté une demi-seconde d'agacement au milieu de l'entretien, du genre "Stop maintenant! Faut arrêter les conneries les gars...Oui je suis un harmoniciste qui marche bien, qui à le privilège d'être reconnu, mais c'est beaucoup grâce aux producteurs, à ceux qui m'ont suivi et soutenus pendant toutes ces années. Mais ne me prêtez pas des attentions que je pense ne pas mériter plus que d'autres"  (En fait McCoy est bien plus qu'un harmoniciste, car il excelle autant à la basse et nombre d'autres instruments...C'est Jacques, le patron du café concert Utopia qui me l'a confirmé)...
Les Boeufs: Ils avaient lieu partout en permanence! Les seuls vraiment organisés étaient les "Boeufs circulaires" dans la salle de bal, tous les soirs vers 21:00, organisés par Joe Filisko. Qu'on en prenne de la graine en Europe! Tout le monde joue quelque soit sont niveau, mais à chacun son tour. C'est le guitariste, acoustique (voire dobro) qui se retrouve au centre du grand cercle et qui se déplace devant celui ou celle qui doit faire son solo. L'esprit est très sympa, et vous en trouvez toujours un qui ne semble pas savoir que la grille a une fin, et que au bout de deux ou trois grilles,  les sourires se pointent, ça commence à charrier gentiment, en gros il faut laisser la place au voisin.
Ci dessous je montre aussi une vidéo d'un boeuf improvisé le soir à l'extérieur de l'hôtel, où on entend parfaitement Michel jouer, et la dernière vidéo est durant le boeuf géant final à la sortie du banquet de SPAH et du concert final de Charly McCoy...Bibi (pour vous servir), apparaît à 2'21". J'ai des tas de vidéos comme ça, mais je me garde de les mettre sur YouTube où il y a déjà pas mal de choix...



Les concerts furent très variés...j'en ai loupé plein que je ne voulais pas rater, mais tant de choix à faire entre passer du bon temps avec les copains, et ne pas louper la classe de maître de tel ou tel...
Quelques concerts



Le banquet concert ...final de  la convention:
Le banquet est réservé par courrier au moment de l'inscription, c'est là que vous faites le choix des plats. Pas une mince affaire que de servir 480 convives! Et ce n'était pas de la cuisine "fast food", mais de bons plats bien préparés...Le seul bémol: Si tu veux du vin, il faut te l'acheter dehors, mais ils ont du bon aussi... Les mieux servis au niveau placement de table sont les premiers inscrit à la convention (via PayPal c'est le bon plan); cela décide aussi de la visibilité sur le concert BanquetFinal...Le banquet est précédé d'un cocktail où on se retrouve à trinquer, avec des gens auxquels on ne s'attend pas forcément, mais qui résume en gros le capital de nouvelles connaissances, probablement durables, avec lequel on repart...C'est ainsi que j'ai sympathisé avec David Naiditch, un américain plein d'humour qui propose de superbes vidéos de ce Swing Manouche dont il est fan...Super joueur!!! Il a fallu rajouter des tables pour le banquet... l'explication venait de l'anniversaire des 50ans de SPAH!...
Pour finir, voici trois dernières vidéos, dont l'intégration est désactivée sur demande (En cherchant SPAH 2013 sur YouTube vous en avez des tas d'autre, plus parlantes que mes discours). Celle du milieu représente les prix donnés cette année, et qui avaient donné lieu à quelques belles "engueulades" pendant un mois sur le forum HARP-L (qui n'est pas celui de SPAH, même si on pourrait le croire). De toute façon, n'étant pas journaliste, c'est mon site, je dis ce que je pense: je n'aime pas les prix !...Ils sont de nature à diviser les musiciens au lieu de les rassembler, dans l'esprit de la musique...Si au moins ils incitaient vraiment à faire mieux, pour la musique et le plaisir des autres... La dernière vidéo est le concert intégral de Charly McCoy. Croyez le bien, je n'en ai pas loupé une miette, aux deux meilleures places de la salle (Merci Winslow?) avec Robert Koch qui me faisait justement remarquer notre chance. Sauf que j'ai découvert à ce moment qu'une carte SD pouvait griller! Pas le temps de remonter à ma chambre, tant pis pour l'enregistrement audio qui m'aurait permis de mieux comprendre les blagues hilarantes de Charly. D'ailleurs à un moment il me regarde dans les yeux, je vois un petit sourire s'afficher et il nous raconte une histoire drôle qui pour partie se passe en France (on doit voir ça dans la troisième vidéo)...
Robert Bonfiglio
Les Hawards
Charly McCoy
Voilà... J'avoue que j'ai écrit cet article en un temps records, bien qu'il m'ait fallu des mois pour trouver la disponibilité nécessaire, face aux priorités de mon engagement au regard de l'harmonica et de mes partages... Si on était plus nombreux, j'aurais plus de temps pour proposer plus de qualité...Désolé... Cet article m'était réclamé par plusieurs personnes...mais je dois aussi parler de NHL Bristol et de WHF à Trossingen, et j'ai un agenda à renforcer, pérenniser, mondialiser (c'est osé! Je vais tout faire pour...en étant positif c'est possible.Ah bas le pessimisme rabat joie!).

J'espère vous avoir donné un peu envie d'aller à SPAH! Je ne suis pas spécialement tendre parce que je suis très franc, et exigeant... Mais globalement sachez le! Je n'oublierai jamais le super accueil là bas, la présence des copains français, mais aussi de gens comme Joe, James, Elizabeth, Eric, Roger, Ben, David (les deux), les deux Jerry, JP Pagan, Winslow, Steve, Tom, mes copains et copines de visite guidé de dowtown le vendredi, tout  ceux qui j'en suis sûre me seront de plus en plus connus dans les années à venir...Je n'ai pas dit le dixième de ce que j'avais à dire...A SPAH il y a essentiellement des américains du nord, mais aussi du sud, des japonais,...c'est international, mais ça manque de français
.

Je vous indique ce lien sur les photos que j'ai partagées sans tarder sur Internet: ICI

Ah si! j'oubliais... Excellente année 2014 à vous tous et à vos proches...plein de bonne musique, de préférence là où des copains se démènent pour nous proposer des choses sympas ...
Partage Facebook
Partage Twitter
Partage Google+