Entretien avec Mathieu Péquériau

Portrait de Mathieu PéquériauC'est toujours un plaisir de réaliser des entretiens, car à  chaque fois j'apprends plein de choses, des côtés peu connus d'harmonicistes souvent  connus. Leur manière de se livrer est une marque de confiance que j'apprécie tout particulièrement. J'en suis pas peu fier! Même si au départ, je commence par leur faire comprendre en quoi c'est important à  mon sens. Mais ce qui me plait aussi beaucoup c'est qu'en acceptant de se livrer ainsi, je sais d'avance que vous n'y êtes pas indifférents et que cette formule d'entretien vous convient. C'est bien là  que je reçois le plus de retours, et je sais qu'eux aussi en reçoivent; tant mieux! Si j'ai une connaissance assez large de ce qui se passe plus particulièrement en France, mais aussi plus loin, ils me rappellent ainsi à  quel point je suis très loin du compte! C'est Stéphane Laidet qui m'a parlé de Mathieu Péquériau; ce qui est d'autant plus sympa : vous comprendrez pourquoi dés le début de l'entretien. La magie de l'harmonica, la fraternité qu'on retrouve autour de cette famille d'instruments, l'entraide, le partage d'une passion que du positif. Merci mille fois à  Stéphane d'avoir attiré mon attention sur Mathieu qui est super actif. Si je ne l'ai pourtant pas encore rencontré en vrai, c'est uniquement ma faute (Je bouge aussi de mon côté). J'irai voir le plus tôt possible et vous aussi j'espère ; il apparait dans plein de projets et est riche d'une expérience que je trouve impressionnante; très actif le gars !...

Patrice RAYON > Comment as-tu commencé la musique?
Mathieu Péquériau >
J'ai démarré la trompette à  l'âge de 10 ans, mais au bout de trois ans j'ai abandonné ma carrière de piètre trompettiste !
C'est seulement à  l'âge de 16 ans que je me suis mis à  l'harmonica diatonique.
Pour la petite histoire, en Irlande, en vacances en famille j'écoutais
Canned Heat, "On the road again" dans mon walkman. J'adorais le son de l'Harmo, je découvrais le timbre des altérations et du son moins folk que Dylan par exemple. Mes parents m'ont acheté un pro harp en C et j'ai essayé en vain de reproduire le son que j'entendais...
Très peu de temps, après j'ai vu Jean-Jacques MILTEAU
et Chris LANCRY en duo dans un petit bar près de chez moi et ça a été le déclic. Je voulais vraiment jouer de l'Harmo !
A la même période, mon frère Bertrand également musicien (batteur ...) m'offrait deux K7 d'un groupe qu'il avait vu en concert sur l'île de Ré : « Bonana
», groupe dans lequel jouait un redoutable harmoniciste : Stéphane LAIDET que tu connais bien !...
J'écoutais sans cesse les deux cassettes et un jour, dans le magasin de musique de Poitiers, je vois une annonce stage d'harmonica encadré par Stéphane LAIDET. Génial! J'étais vraiment motivé, mais le jour J j'étais le seul élève ; du coup stage annulé ! Mais j'avais trouvé un prof: chose assez rare avec notre instrument !
Stéphane m'a accueilli régulièrement chez lui en sortant du lycée et il m'a appris à  jouer.
C'est rigolo car ne sachant trop quoi me faire bosser, je lui avais dit
« fais-moi bosser les titres des k7 que j'adore »: du Bonana.
Et du coup, quand il a quitté la région, puis la France, je lui ai succédé pour accompagner l'auteur chanteur du groupe Laurent GIRARD, avec qui j'ai joué pendant plus de 15 ans.
Mon bac en poche, j'ai arrêté les études pour être objecteur de conscience. J'organisais les concerts dans une maison de quartier. Cela m'a permis de démarrer le métier de musicien et de commencer à  jouer professionnellement dans les bars et clubs environnants.
A l'époque, je jouais dans un groupe d'Afro Reggae High flight tonight band
. C'était intéressant car l'Harmo était intégré à  la section de cuivre avec Sax trombone et trompette. Je jouais tous les riffs de cuivre et quelques chorus.
Je jouais également dans un sound system avec un anglo jamaà¯cain Drop crystal sound system.
Le fondateur du sound, Lenny, m'a poussé à  utiliser l'instrument plus comme une voix et à  utiliser les effets dub sur l'harmonica .
Je dois également reparler de Laurent GIRARD « l'oranger » car avec lui j'avais une vraie place de soliste dans notre duo et c'est un marathonien de la musique. Nous jouions jusqu'à  parfois cinq sets sur les terrasses de la côte où nous nous produisions avec un répertoire très varié.
J'ai également participé à  des projets de chanson dans les années 2000 : un petit EP cinq titres sms avec "l'oil de la voisine". Puis avec le groupe "Boolon" nous avons fait un album et quelques dates, puis le chanteur Olivier est parti dans d'autres aventures.
Mon camarade bassiste Richard PUAUD du Celtic social club
était d'ailleurs le bassiste avec Boolon !

J'ai joué avec l'oranger jusqu'en 2011, car un soir mon copain batteur Manu MASKO, batteur de Red Cardell
à  l'époque, m'a proposé de remplacer l'accordéoniste de Red Cardell la veille pour le lendemain; et au final ca a duré quatres ans, deux albums (falling in love et fest rock avec le bagad kemper) et un live in Paris.

Puis en 2013 Manu monte le Celtic social club initialement pour un one shot aux vieilles charrues 2014, mais depuis l'aventure de cesse de tourner et nous venons de sortir notre troisième album : From Babylon to Avalon.

Patrice R. > Ouah ! Dés le début de l'entretien, tu nous en dit pas mal sur ton histoire ! Je sens déja dans ta première réponse que c'est un riche voyage peuplé de belles rencontres, que tu ne regrettes pas. Mais le notre continue car j'ai plein d'autres questions, qui concernent aussi ton parcours (on y reviendra). C'est pas un interrogatoire mais presque tu vas voir ...
Seconde question: 
tes instruments... tu joues d'autres instruments ?
Mathieu P. >
D'autres instruments ? Sur scène je joue du washboard.
Chez nous, à  Poitiers, c'est connu car c'est un poitevin qui fabrique les washboard : l'inoxydable Jacques PALLAS
.
Les seuls véritables instruments à  mon goût.

PR > Le washboard ça s'apprend tout seul ?
MP >
C'est Jacques, qui est aussi guitariste chanteur et fondateur du gourville jug band, qui m'en a mis un dans les mains car il avait besoin de quelqu'un pour en jouer avec lui dans le jug band.
Il m'a montré les rudiments et techniques de base; après j'ai passé un après-midi avec cajoune (washboard et chant de Sweet mama
) elle joue depuis disons 30 ans du wash. C'est LA spécialiste en France ! Elle m'a montré, elle aussi, des plans. C'est assez intuitif comme instrument : l´idée est de simuler la batterie et le shaker et de faire « Groover » au maximum....😁

Clip du dernier single en date du Celtic social club

PR > Es-tu autodidacte ?
MP >
Je te répondrai que non car c'est quand même Stéphane LAIDET qui m'a appris la technique de l'harmonica.
J'ai pris des cours pendant un peu plus d'un an et après j'ai appris seul en écoutant beaucoup de musique et en rencontrant des musiciens de différents horizons.

PR > Des influences ? Peut être aussi dans ton entourage proche, familial, copains...
MP > 
Concernant mes influences le jeu de Stéphane LAIDET a vraiment compté pour moi. En tous cas son jeu rock blues et funky, car je n'ai pas creusé comme lui les musiques latines à  l'harmo.

PR > Tu as eu des références prédominantes côté harmonicistes, autre musiciens (groupes etc...) ?
MP >
J'ai très peu écouté les harmonicistes, à  part quand j'ai découvert l'instrument. J'ai écouté Milteau, Sonny Boy, Sonny Terry, Lazy Lester, Lee Oscar, Diabolo, Little Walter, bref tous les grands noms de l´Harmo. Mais après, de par mes expériences musicales, je n'ai presque plus écouté d'Harmo, certainement pour ne pas être trop influencé ou trop miné...
Quand j'ai entendu Howard LEVY sur un disque de Rabi Abou Khalil
, j'ai pris conscience que notre instrument était vraiment capable de tout jouer !
Aujourd'hui j'aime beaucoup écouter Jason RICCI
qui a une virtuosité, un son et un placement rythmique terribles ! Chez nous Marko BALLAND a ça aussi je trouve.
C'est un super gars. C'est d'ailleurs grâce à  lui que je suis "endorsé" par les harmonicas Kongsheng.
Grâce au Celtic social club et à  notre couverture médiatique, j'ai la chance d'avoir des partenaires de qualité.
Je cherchais un partenariat, car je dois avouer que j'en avais marre d'acheter des quantités d'Harmos depuis des années. Lee Oskar m'a très gentiment appelé, suite à  un mail, pour m'offrir un set d'Harmos complet avec des lames de secours. C'est super élégant de sa part, mais quand Marko m'a suggéré d'essayer un solist de chez Kongsheng, j'ai tout de suite aimé l'instrument. J'utilise donc le modèle solist de chez Kongsheng !

PR > Tu règles tes harmonicas ?
MP >
L'atelier Harmo'nickel (Michaël DEVINEAU) peu régler les Kongsheng, mais pas les Lee Oskar. Pour te répondre sur les réglages, c'est lui qui s'occupe de mes Harmos.
D'ailleurs il n'y a que très peu de temps que je peux sortir proprement des over notes. C'est vraiment grâce à  Michaël que je peux le faire plus simplement. Je conseille vivement aux harmonicistes de s'approcher de lui pour réparer, accorder et régler leurs harmos.

PR > Tu revois Stéphane Laidet des fois ? Vous avez partagé des scènes ?
MP > Avec Stéphane nous nous croisons rarement maintenant car il vit à  Barcelone; mais dès que l'occasion se présente, nous jouons avec plaisir ensemble et nous sommes toujours en contact et je suis ses aventures via le net.

PR > Tu as le bacalauréat alors... Moi j'avais choisi de faire un bac technique. Et toi tu l'as eu dans quelle filière? Je pose la question car nombreux sont les artistes musiciens qui avaient une formation scolaire sans rapport avec la musique à  l'origine. C'est ton cas ? Tu as directement attaqué la musique; tu n'as pas travaillé dans d'autres domaines avant ?
MP >
J'ai passé un bac A2. C'était à  l'époque philo et trois langues. L'anglais et l'espagnol me sont utiles, mon allemand est resté au lycée !
Juste après le bac je me suis inscrit en fac de musicologie mais j'ai abandonné au bout de disons trois semaines... Les profs là -bas me disaient que mon instrument n'était pas un instrument de musique ! Mais moi en même temps je donnais des cours d'Harmos (peu...) dans une école à  Poitiers (cap rock) et je faisais déjà  des concerts en gagnant un peu d'argent. Alors le décalage était trop grand avec les musicologues...
Puis à  l'abandon de la fac je me suis libéré de mes obligations militaire en étant objecteur de conscience (J'organisais des concerts dans une maison de quartier).

PR > A part la musique, l'harmonica, tu as des passions, des activités préférées ? D'autres que tu aimerais faire ?
MP > 
Nous partageons une passion avec mon épouse (Emmanuelle), nous chinons énormément des objets, déco, mobilier des années 1950, 60 et 70.
C'est une passion que j'ai depuis toujours. Nous vivons un peu dans une autre époque chez nous, c'est un métier que j'aurais pu exercer si la musique ne m'avait pas permis de vivre.

PR > Tu as donc joué avec plusieurs groupes. Tu peux nous rappeler ton parcours ? C'est l'occasion pour beaucoup de lecteurs de découvrir des groupes, des CDs qu'ils ne connaissent pas, même passés ( pour peu qu'ils cherchent aussi un peu de leur côté ).
MP > Je vais essayer de revenir sur mon parcours en essayant de ne rien oublier !
Mon premier groupe : j'étais au lycée, c'était avec mon frère, mon cousin et des bons amis. Nous fêtions du rock n'roll en parodiant les paysages musicaux, entre les VRP et Raoul PETITE si il fallait mettre une étiquette,
Nous nous appelions souricide canadien. Nous avons quand même joué aux Franco's de La Rochelle en 1996: l'apogée du groupe!!
Après, comme je te disais, j'ai joué beaucoup de reggae dans high flight tonight band et dans drop crystal sound system. Tout en jouant avec l'oranger de 1997 à  2011.

Début 2000: de la chanson avec le groupe Boolon et très peu de temps l'oil de la voisine.
Je collaborais aussi au projet électro-swing tropical de mon cousin Olivier CORRE (teacher jeckil label kbress de Nantes) dès que possible et également aux  diffèrent projets de mon frère suivant les besoins (orage mécanique
, transbal express, Amazônia, MYàœT)
Un peu de spectacles pour enfant avec Christine AUTHIER
(chanteuse des Deux-Sèvres) chansons aux pommes
Et encore de la chanson sur scène, parfois avec Ben RICOUR
, Pierre SOUCHON et Ours.
Quelques collaborations au projet le village avec Bibi Tanga (titre war sur son dernier album) Jacques DAOUD, Djeudjoha, Nicolas VOULZY et Ours (Charles SOUCHON)

Cette vidéo montre l'ambiance soirée collectif le village avec David LE DEUNF (hocus pocus), Jacques Daoud, Bibi tanga, Charles SOUCHON alias Ours, Nicolas VOULZY, Djeudjoha, Ayleric MAYNI et moi

En 2011, grâce à  Manu, j'intègre Red Cardell (groupe de Rock important en Bretagne), puis le Celtic social club en 2013.

Depuis deux ans j'ai un projet duo ou trio: les blue monkeys band avec Bruno CLÉMENT et Dany BOUILLARD. On fais un genre de blues garage assez brut washboard Harmo et deux guitares.
Un projet récréatif et sérieux de Cover "THE EDWARDS PARTY" se produit régulièrement avec Manu MASKO, Richard PUAUD (Celtic social club) Tony SAUVION et Sahra BARKET.
Nous jouons tous les cover que nous aimons et l'Harmo simule les cuivres ou synthé des hit disco funk etc....
Je remplace l'harmoniciste Yann MALEK dans un spectacle pour enfant de Cyril MAGUY (vicious steel) les bedaines de coton autour de Charlie PATTON.
D'autres p
rojets en cours mais un peu tôt pour en parler. Voilà  en gros mon parcours !!!

PR > Ben mon gars: Sacré parcours ! Je suis admiratif, vraiment impressionnant et on sent ta passion, ton investissement dans ce que tu fais... Tu joues d'autre familles d'harmonica que le diatonique. Dans autant de projets ça pourrait te tenter ?
MP >Alors je ne joue que du diato dans mes projets. J'ai depuis peu un vrai bon chromatique plus agréable à  jouer que les vieux clou que j'avais auparavant. Mes partenaires de chez Kongsheng m'ont envoyé le modèle Chromatique Lyra qui est vraiment super. Hélas je ne le maîtrise pas encore assez pour en jouer sur scène.
C'est d'ailleurs avec le chromatique que j'ai fai une journée de « stage » avec Antoine Le Roux très récemment. J'encourage d'ailleurs les joueurs de chromatique à  écouter son jeu virtuose et à  se rapprocher de lui, il fait souvent des journées stage, à  major Pigalle chez Julien.
Ah! Sinon, j'avais un harmonetta!! Génial instrument; j'en jouais peu par manque de temps et la conjoncture a fait que j'avais du m'en séparer... Je regrette vraiment car je trouvais vraiment ça incroyable; je surveille pour en retrouver un tôt ou tard!!

PR > As-tu suivi d'autres stages de musique ? Parfois c'est aussi l'occasion d'en faire découvrir à  ceux qui lisent les entretiens...
MP >
Non. cette journée avec Antoine Le Roux est la seule expérience de stage que j'ai.

PR > En repensant à  ton riche parcours, la multitude de formations avec lesquelles tu as joué, tu as certainements des CD à  nous indiquer, sur lesquels ont t'entend jouer?...
MP >Voici une photo d album sur lesquels je joue ! Tout n'est pas là ; il en manque mais ça donne une idée. En cherchant, il y a moyen d'en trouver encore dans le commerce pour ceux que ça intéressera, mais je ne suis pas certain qu'on puisse tous les retrouver facilement...

PR > Que penses tu de l'évolution de l'harmonica en tant que instrument et aussi des techniques de jeu... par exemple l'engouement pour les overnotes au diatonique...
MP > Les overblow et draw je trouve ça super mais j'en utilise pour le moment très peu à  part pour jouer des mélodies précises pour m'éviter de jongler avec deux harmos, mais je maîtrise objectivement pas très bien la technique.
C'est impressionnant d'entendre Howard LEVY et d'autres grand joueurs, mais pour le moment ça n'est pas mon style de jeux.
Je ne joue pas encore de chromatique sur scène. Je viens de faire une journée d'initiation avec Antoine LE ROUX
(virtuose du chromatique) et Kongsheng vient juste de me fournir un modèle.
J'ai donc du travail avant de sonner comme WONDER
et d'être à  l'aise avec, mais j'aime beaucoup le son du chromatique l'ouverture qu'il permet. J'ai vraiment envie de le travailler.

PR > T'intéresses tu beaucoup à  tout ce qui est effets, amplis, micros? Tu veux bien nous dire ce que tu utilises habituellement comme matériel ?
MP > Concernant mon matériel, j'ai très souvent changé de configuration, à  la quête sans fin de la parfaite Configuration.

Pedal board de Mathieu Ampli de Mathieu

En ce moment j'ai un petit vibro champ fender silverface vintage comme ampli et un "pedal board".

Harmos de MathieuPour un son clair, j'utilise en général mon micro de chour. Sinon j'ai un micro Lone Wolf Jason RICCI signature, et quelques pédales.

Ma pédale de prédilection, que j'utilise depuis 20 ans, est un delay Ibanez. Sinon j'ai des pédales Lone Wolf et une auto wha maxton (utilisée par Jason RICCI) un petit chorus boss, une réverbe qui simule une réverbe à  ressort (boing pedale) une disto Lone Wolf, un petit booster Lone Wolf et un anti-feedback Lone Wolf, en sortie de pédalier une petite di pour aller également dans la sono et dans mon ampli.

Mes harmos sont des Kongsheng model solist et également des Dortel (Christophe fabrique de vrais bijoux) pour un son plus feutré en studio et parfois des Brodur règlés par Michaël.

Micros Lone Wolf en haute et basse impédances Acessoire très malin et efficace
Juste au dessus, ce sont mes micros en basse et haute impédances de chez Lone Wolf (avec qui j'ai aussi un partenariat). Parfois, j'utilise aussi un shure 565 sd avec volume contrôle de Greg HEUMANNS.

PR > Tu donnes des cours d'harmonica ?
MP > J'en ai parfois donné au fil des rencontres et des demandes. Il est vrai que j'ai toujours accepté de passer du temps avec les harmonicistes qui me demandaient pour les débloquer et leur donner quelques conseils mais je n'ai jamais assuré un suivit hebdomadaire avec des élèves comme le fait un prof classique. N'étant pas particulièrement lecteur et ayant de faibles notion de solfège et d'Harmonie je n'ai jamais eu l'envie d'enseigner en profondeur.

PR > Tu as des styles de musique préférés ? J'ai l'impression que la musique celtique te branche bien, mais d'autres styles aussi ?
MP > Comme tu peux voir, mon parcours musical n'est pas tellement bercé par la musique celtique, sauf depuis quelques années.
Dans le groupe, nous avons deux mélodistes de haut vol: Pierre STEPHAN
au violon et Ronan LEBARS au pipe, c'est eux les gardiens du temple et ils ont grandis avec la musique Celtique.
Il y a des façons de jouer une gigue, un réel, un andro, une gavotte etc. Certains harmonicistes comme Brendan POWER
ont cette culture et peuvent le faire ; mais dans le celtique mon rôle n'est pas là : J'amène une autre couleur et  j'ai plus une place de soliste que de mélodiste trad. L'Harmo est plus blues, pop et rock dans le groupe pour le moment.

PR > Les gens classent souvent les artistes dans des styles: ce n'est pas forcément ma manière de voir les choses, mais je te pose la question quand même. Toi tu classerais dans un style?...
MP > Je ne sais pas vraiment dans quelle catégorie me classer... Je sais que je ne suis pas un musicien classique ni un jazzman. Je n'ai ni le niveau ni la connaissance pour me confronter à  cette grande musique. Je pense être un genre de coloriste si la musique était un dessin.
J'aime accompagner les chanteurs et chanteuses et j'aime les conversations que l'Harmo permet avec eux. J'aime le côté magique et quasiment invisible pour les auditeurs de notre instrument, et j'aime aussi l'immense palette émotive qu'il peut offrir.
Pour finir je dirais que je suis à  ranger dans la case des musiques basées sur la transe, la danse, le spleen et l'énergie.

PR > Je vois que tu as fait plein de tournées dans le monde... Tu as l'air super actif ! Tu as des projets en cours ? Pas forcément liés à  l'harmonica...
MP > Mes projets musicaux, c'est la reprise de la tournée du Celtic social club en mars. Nous allons beaucoup jouer en Angleterre cette année. Un label et un tourneur anglais nous organisent de belles choses là  bas.
C'est excitant d'aller sur les terres britanniques de la musique qui m'a bercé. Nous avons la chance de beaucoup voyager avec le Celtic: USA, Chine, Vietnam, Algérie, Espagne, Allemagne, Grande Bretagne.....je suis assez content d'alterner des dates dans des petits club avec les blue monkeys
, the Edwards party et des très grosses scènes avec le Celtic (vieilles charrues, Central Park paléo....)

Projet pour 2020 : en plus de la tournée du Celtic et des dates avec les blue monkeys, le trio que j'ai qui vient de sortir un Ep 5 "stop breaking down", je travaille sur la formule fuel band du projet du guitariste chanteur Cyril Maguy et du batteur Antoine Delaveau : Vicious Steel

A suivre en 2020 donc !

J'ai quand même du temps pour rénover notre maison avec mon épouse et pour profiter des enfants.

PR > Merci encore d'avoir bien voulu réaliser cet entretien avec moi Mathieu, pour ta confiance et toutes les découvertes que tu nous as permis de faire. J'espère te voir en concert d'ici peu. Comme je vais mettre l'entretien en ligne en cette veille de nouvelle année 2020, j'en profite pour te souhaiter mes meilleurs voux, mais aussi à  ceux et celles qui ont lu cet échange qui, je l'espère viendront te rendre visite dans les multiples invitations au voyage de tes diverses formations ...

Partage Facebook
Partage Twitter
Partage Google+