Festival St Aignan 2011 : Un retour attendu qui n’a pas déçu…

110721image001Le weekend de l’ascension; une superbe ville médiévale; des commerçants très sympas, vous offrant volontiers le café ou le petit verre de vin local, voir le courant pour qui veut improviser un petit concert dehors. C’est Saint Aignan sur Cher et «Harmonicas sur Cher» que nos amis Britanniques sont venu découvrir cette année. Ils lui ont même trouvé un petit nom : « Sur Cher »… J’aurais tant à raconter, mais je ne vais pas écrire un article en langage télégramme… Il s’agissait de Roger Trobridge, figure très réputée de l’harmonica pour lequel il fait tant au Royaume Unis et dans le monde; Il est président de la National Harmonica League (NHL). Il était accompagné Ben Hewlett et Gerry Ezard. Si autant de français venaient à leur festival de Bristol, cela encouragerait peut être aussi plus de Britanniques à venir chez nous pour des échanges encore plus riches et magiques. A leurs réactions lors du festival, je pense qu’ils en garderont de très bons souvenirs…

110721image003Cette année une session "musique Traditionnelle" menée par Thomas Quatrehomme et Daniel le guitariste des «Full HD» a fait sonner ses harmonicas un matin au bord du cher. Thomas a mis en place depuis un an le seul forum dédié exclusivement à la musique traditionnelle jouée à l’harmonica sur Internet… Le fleuve, avec ses plages en plein milieu du village n’est pas pour déplaire aux festivaliers. On s’y baigne, on y joue de la musique, on y prend un voire plus de verres, on y admire le héron cendré  les pieds dans l’eau, qui observe tout ça les yeux écarquillés... Le soleil s’est même invité. Qui n’est pas revenu plein de couleurs, sur la peau, dans les yeux, les oreilles, le cœur ! Il nous venait aussi du Brésil au travers de Pablo Fagundes et son guitariste Marcus Moraes, et Julio Rêgo (qui doit tout juste rentrer de Dakar au moment où l’article parait). Entre les britanniques, les brésiliens on ne pouvait que constater à quel point la famille ne se limite pas à la francophonie… Certains sont allergiques à Internet, et ne vont donc pas sur les forums tels que celui de Paul Lassey, ou « harmonicalement » celui de Patrice Zanardo dont la particularité qui en fait à mon avis le principal intérêt est la tentative d’attirer les joueurs de Chromatique, Chords, Basse et autres pris d’un mal qui s’ignore, qui me laisse perplexe et impuissant tout «jeunot » que je suis, moi aimerait tant les voir perdurer et se développer plus encore dans la nouvelle génération...

René Haboyan est venu de son vivant, comme à Harmoliège, Bernard Germains... Cette année, St Aignan était non seulement marqué par la couleur et la joie communicative Brésilienne, mais aussi par les habitués de forums Internet d’harmonica; la palme allant pour celui de Paul Lassey. Quoi de plus sains que de tomber dans les bras les uns des autres quand la distance géographique et les tourbillons de la vie vous obligent, faute d’années suffisantes pour la retraite, à rester dans le virtuel… C’est en sortant de chez moi, profitant de la liberté que m’accordent les vacances que j’ai pu me faire tant de copains et de connaissances dans le milieu, y compris hors de France. Ceux qui viennent à St Aignan ou à quelque autre festival (Harmoliège, Condat sur Vienne,…) y reviennent un jour, très heureux à l’idée de revoir : La famille !... Sortir dans ces rencontres, aller dans les stages,  aux rencontres d'harmonicistes etc... Jouer les entremetteurs, voir la famille s'agrandir pourvu que l'esprit reste et la magie...

Il est difficile d’écrire un compte rendu sur Harmonicas sur Cher tant une telle expérience ne peut réellement se raconter, ni en mots, ni en photos… Cette année encore les joueurs de Chromatique m’ont manqué, car si il y en avait ils n’étaient pas assez représentés…Et pourtant croyez le bien, le chromatique a été mis en valeur de manière exceptionnelle au point ou je pense que certains vont se laisser tenter… Je donne plus bas un lien YouTube qui résume au travers d’un diaporama et de capture d’ambiances, concocté par Jean-Mi du forum de Paul Lassey, ce que vous pourriez voir du festival comme au travers d’un trou de serrure… C’est assez fidèle à l’ambiance !...

Comme l’écrivait si bien Dedouchka sur le forum de Paul : «De la musique brésilienne aux rythmes orientaux de Turquie en passant par l'immense talent de et la finale de la guitare slide de Cisco Herzhaft agrémentée du bouquet final des impros de Patrick Hannak avec Xavier Laune ! » : Une programmation éclectique mariant le blues, les sonorités outre atlantique qui côtoient les textes superbement humoristiques de Lucas Rocher le jeune français, qui rebondissent sur le jeu d’un Thierry Crommen toujours aussi humble, la sérénité de la formation turc, le Klezmer aux couleurs arméniennes des marseillais qui devant être 3 sont venus à 5... Le tout complété par des soirées bœuf dans bien organisées aux rencontres improbables pour qui découvre le festival. Car à St Aignan il n’y a pas de castes, tout le monde se mélange…et le débutant qui se lance, aura la bonne surprise de se voir rejoint par son ou ses idoles tels des Michel Herblin (Sculpteur de courants d’air), Thierry Crommen (Oufti !), Teddy Costa (Waouhouuu), Pablo Fagundes et Julio Rêgo (Braaaaassssiiilll !)…et j’en oublie forcément… Par exemple Pablo et Marcus me faisant tourner des grilles de Blues sachant  que j’ai un peu de mal avec le Jazz et un répertoire sud-américain très pauvre: C’est du caviar à la louche ! Et oui ce n’est pas en partageant l’une de mes passions, en écrivant des articles que je peux me vanter de progresser honnêtement sur notre instrument. Mais l’idée de participer dans la vie harmonicale, apporter mon petit caillou c’est un plaisir; c’est aussi ce qui permet de faire de telles rencontres, si riches à tant de points de vue tout sauf financiers (de vraies valeurs sans doutes)…

P1680265 MagPour parler des concerts, cela commençait fort avec les Cotton Belly's déjà très remarqué au célèbre tremplin Jeunes talents du festival Blues Sur Seine 2007 où ils avaient remporté de multiples prix dans celui du collectif des radios blues. Ils sont tous les quatre habillés en salopette, très naturels et simples… Yann Malek à l’harmonica est aussi doté d’une très belle voix et d’un talent incontestables ! Leur jeu entre blues et Rock, avait aussi des parfums de country et de Soul…et l’ensemble plaisait tant qu’à un moment s’est formé un grand cercle dans le publique qui s’est mis à danser en rond… Preuve que j’ai moi-même apprécié, je les ai revus en première partie de l’Alhambra de Greg « Szlap » qui les adore, puis à Antony où ils ont joué en plein air sur la place de marché pour son festival Solstices. La première soirée s’est déplacée aux bords du Cher au bar l’escale où le groupe «whywhy» (Philippe Pelard à l’harmonica et Laurent Millet à la guitare) ouvraient le 1er Bœuf. Yann Malek, qui en redemandait après son concert a pris la guitare pour quelques morceaux et chants, afin d’encourager ceux qui n’étaient pas encore couchés à sortir leurs harmos…J’aurais aimé que vous voyiez vous-même la tête des fêtards quand Pablo me demandant modestement si il pouvait jouer un morceau avec Marcus, s’est vu invité par Philippe et Laurent ravis de se reposer un peu. Cela présageait de la soirée d’anthologie qu’ils nous préparaient le lendemain soir pour leur concert... Des bœufs il y en a tous les soirs où les harmos se mélangent aux guitares, basses, batteries, clarinettes, pandero,  santour, voix, mains et j'en passe !

110721image005Le jeudi est  la journée de vernissage de l’exposition associée au festival : Sur le thème de l’air ! Un heureux hasard qui n’est pas sans rappeler Greg «Szlap» et son nouveau CD (une perle au passage)…L’apéro d'ouverture de festival était animé par les même WHYWHY et quelques invités improvisés comme Michel Herblin. Philippe avouait après coup son stress de se voir comparé à l’une de ses idoles. Sans compter que parmi les spectateurs, il y avait une majorité d’harmonicistes pour certains très réputés et tous connaisseurs. Des échanges chaleureux mêlant les pros et les amateurs! Saint-Aignan c’est le petit monde actif de l'harmonica en concentré, la fréquentation de "grands" en toute simplicité, un visage sur des pseudos Internet, des amitiés naissantes ou anciennes, beaucoup de sympathie, de chaleur, comme en famille... Des moments forts...

Pablo Fagundes et Marcus Moraes, nous ont joué une première partie de soirée qui restera vraiment dans les moments les plus forts, les annales du festival. Leur jeux sur un morceau Brésilien qui se terminait sur un « Vol du bourdon » irréprochable, plus rapide propre et précis que tout ce que j’ai pu entendre jusque-là leur a valu une ovation debout et les hurlements de joie d’un publique totalement conquis non pas à la fin mais dès le milieu du concert… Difficile de vous faire réaliser ce qui s’est passé ce soir-là ! Quelques vidéos sur Internet (YouTube) en témoignent…mais rien ne vaut la réalité. Pablo est passé du diatonique au Chromatique et Marcus est un brillant guitariste acoustique. Parmi le plus impressionnant c'est la précision rythmique entre Marcus et Pablo, notamment sur des rythmes d'enfer ! Une très grande complicité se dégage du duo et le sourire permanent de Marcus dont on ne distinguait plus les doigts suggéraient qu’il était encore loin de ses limites…

Le groupe de marseillais qui suivait (Truc à trois) avait la barre très haute, mais leur style entre Klezmer, Slam, couleurs arméniennes ne permettaient pas la comparaison. Jérôme Mouret en était l’harmoniciste à l’honneur. Avec un tel nom on attendait trois personnes et ils sont arrivés à cinq…vraiment à recommander et découvrir ! Une fois de plus la soirée bœuf qui a suivi s’est terminée aux premières lueurs de l’aube…

Le vendredi, Lucas Rocher (qui est bien arrivé à l'heure) débutait la soirée avec Damien Tartamella à l’harmonica et à la scie musicale et Alex Dachet au violon. Certains ont acheté plusieurs exemplaires de l’album pour pouvoir l'offrir. Lucas est une preuve que la chanson Française se porte très bien, mais il ne faut pas compter sur les médias pour le savoir...juste nos « p'tits pieds et nos esgourdes »... Des textes très bien écrits sur une superbe musique, un humour qui fait mouche et quelle présence sur scène. Pour un «gamin» c'est très fort ! En plus violon et harmonica se marient très bien quand les musiciens sont bons, les solos au top et bien mis en scène.

110721image007Thierry Crommen qui nous présentait son nouveau CD «Diversion» a aussi été extrêmement bien accueilli par le publique qui le présentait comme un autre moment très fort du festival. La musicalité, les phrasés, la vitesse, autant au chromatique que au diatonique... accompagné par des musiciens de grand talent tous visiblement positivement habités... Thierry en sortant me faisait justement remarquer sa joie, de s’être senti autant compris et perçu par le publique, rassuré tant il est humble. Son groupe est dément ; ils ont un son et une pêche incroyable et Thierry est vraiment au sommet. Avec lui je m’attends à ce que le sommet continue à grimper…Si Si ! Son côté humble et sa timidité, sa retenue hors des concerts sont trompeurs ! Dès qu’il joue c’est la métamorphose… l’un des plus grands de la planète ! Vraiment !... Pour la parenthèse, intéressez-vous un peu à ce que fait son fils Téo… Les gènes y sont-ils pour quelque chose ! Le talent incontestablement !... Plus tard il a fallu pousser Thierry pour qu’il se décide à jouer au bœuf. Ceux qui étaient encore là à  trois heures du matin vous diront que les échanges entre Pablo et Thierry les ont clairement découragé d’aller se coucher. Comment rater un tel moment qui a duré tout de même pas loin d’une heure… C’était Monstrueux !... Ce vendredi soir a été très Brésilien… Julio Rêgo qui venait d'arriver avait juste deux harmos diatoniques dans le fond du sac à dos, un C et un A (qu'il n'a peut-être pas sorti d'ailleurs...) et il jouait facilement n'importe quelle musique sur n'importe quelle gamme sur son Hering en Do !... Leur présence  à St Aignan a vraiment donné une couleur "brésilienne" au festival. C'était irrésistible ! Et dire qu’on dépense des sommes faramineuses à la recherche de vie extra-terrestre alors qu’ils sont parmi nous et que Christophe Minier sait où les trouver !

Le samedi jour du marché alors que Damien Tartamella offrait une classe de maître inhabituelles et passionnante, plus que technique destinée à faire tomber quelques murs et vices dans lesquels les harmonicistes sont souvent prisonniers; d’autre jouaient au restaurant «chez Constant» sur la place du marché. Pour l’anecdote, Hervé Bulteau qui animait le bœuf à l’harmonica, se retournant vers son guitariste qui tardait à reprendre le chant, un festivalier venant de lui glisser une tranche de saucisson dans la bouche, qu’il mâchait regardant son harmoniciste avec un air désolé… Message d’Hervé au micro devant un publique hilare: «Je rappelle qu’il est interdit de jeter de la nourriture aux musiciens».

L’après-midi, il y a eu deux concerts au presbytère : Cyril Amblard (chant, harmo, guitare) Norfolk AC comme Auvergne country bénéficiait d’une salle bien pleine malgré la chaleur caniculaire. Mais assez nombreux ont été déçus comme moi de n’avoir pu assister au concert de Tangoléon avec Manu Bosser qui nous avait déjà fortement réjouis il y a deux ans, la salle étant trop petite… Le peu que j’ai pu entendre sous la fenêtre depuis les marches de l’église n’ont fait qu’amplifier ma frustration…finalement j’ai retrouvé mes amis Brésilien ainsi que Roland Fessler l’ami Suisse qui m’a aidé pour Dakar en portant des harmonicas à Jean Dagba…et nous avons fait un tour au gite que se partageaient quelques harmonicistes fidèles du festival ou nous avons apprécié le vin blanc d’Alsace amené par Robert Koch, tandis qu’un canard rôtissait dans le four (A St Aignan on mange bien)… En chemin alors que nous étions dans la rue centrale, une fenêtre s’est ouverte au-dessus de nous : Un contrebassiste ayant entendu Julio et Pablo jouer se précipitait au balcon pour improviser quelques grilles…Ce à quoi Julio a répondu. Tandis que je filmais la scène magique, quelques voitures ralentissaient, une élue de la ville me demandait une copie de la vidéo en souvenir… Il existe une seconde vidéo plus longue prise par Pablo. J’expliquais à l’homme du balcon avec qui il venait de jouer, car il venait tout juste d’arriver à St Aignan et ne savait pas que c’était la semaine du festival.P1700871 Mag Arrivé au gite, nous avons continué à jouer… mais je me suis éclipsé, préférant laisser les amis régler son  compte au canard tandis qu’a aucun prix je ne voulais rater les Turcs, adorables au demeurant, mais qui ont donné tant de mal à Christophe (Visas,…) Leur concert était différent de tout ce qu’on a pu entendre dans le festival, la Turquie étant une invitée inhabituelle du fait du manque d’harmonicistes… J’ai été à la fois séduit par le jeu d’harmonica de Tuncay Korkmaz et aussi le santur de Turquie qui est un instrument à cordes frappées à l’aide de cuillères et qui produit un son rappelant un peu le clavecin, venant de nulle part mais des plus agréables. J’ai notamment été émerveillé par la poésie récitée par la compagne de l’harmoniciste sur une musique du groupe. Christophe Minier nous a aussi très agréablement surpris avec son accordéon sur un morceau qu’il ne connaissait pas du tout, pour lequel les Turcs l’ont invité… Pour l’anecdote c’est Christophe le Toquin qui est l’un des 4 photographes professionnels habituellement présents au festival qui les a découverts lors d’un voyage en Turquie et les as indiqué à Christophe qui ne s’est pas trompé en les faisant venir.

110721image009Le festival s’est terminé avec un quartet de blues avec pour musiciens principaux Cisco Herzhaft à la guitare et au chant et Xavier Laune à l’harmonica. J’ajouterai Patrick Cassoti venu plusieurs fois à St Aignan pour la batterie et qui a participé à des bœufs d’anthologie. Xavier qui est à la foi un excellent harmoniciste mais dont je trouve qu’il se fait trop rare, ou trop rarement parler de lui quand on connait son talent… Il n’est pas trop Internet non plus qui est l’une des meilleures tribunes pour se montrer entre les concerts… Il faisait extrêmement chaud dans la salle, un peu comme en enfer… On dit volontiers que le blues est la musique du diable… Mais qui ne serait pas resté jusque à la fin aura manqué l’échange avec Patrick Hannak et Thierry Crommen (deux ex profs de Monteton pour qui connait un peu l’histoire). Là encore : discuter avec Cisco buvant une bière à propos de l'histoire du blues juste après le concert c'est possible, comme plaisanter sur n’importe quel autre sujet. C'est Harmonica sur cher !

110721image011Mais dans ce festival il y avait aussi le stand de Hohner où Roland de Major Pigalle vendait entre autre les nouveautés du fabricant…quelques exemplaires du fameux Thunderbird. J’ai aussi rencontré François Billecard, nouveau PDG France de Hohner (Bienvenue ! Un saxophoniste doit bien comprendre le monde de l’anche libre…).

Mais je serais impardonnable si je ne mentionnais pas Raymond Brodur lui-même venu présenter ses bijoux d’harmonicas. Il faut vraiment découvrir le bonhomme et sa passion. Nombreux étaient ceux se pressant à ses vitrines, et qui craquaient devant ses harmonicas tous uniques et pour preuve : Hervé Bulteau pose un de ses Brodur  devant lui acheté deux ans auparavant sur son comptoir sans rien dire. Il l'a pris dans ses mains quelques secondes puis a relevé les yeux sur lui en disant  "Salut Manip ! Ravi de te rencontrer" ! Véridique ! Raymond mérite son excellente réputation: Passionné, passionnant, humble et extraordinairement gentil ! Il ne fait pas ça pour l’argent et pourtant il en passe du temps sur chaque harmo… Et dire que Raymond dort moins de 5h par jour…quel rythme ! Il est venu à tous les bœufs jusqu’à pas d’heure… Jean-Marc Frustin, sans qui l’un des musiciens principaux du groupe turc aurait manqué à l’appel, est aussi venu, accompagné par Patrick Hannak ; et il avait amené une infime partie de son immense collection d’harmonicas !...

110721image013Côté classes de Maître du Vendredi: Ben Hewlett, l’un des trois sympathiques britanniques qui sont venu en amis découvrir St Aignan, nous a offert un vrai cours sur les riffs de Sonny Terry avec exercices et tout ce qu’il faut pour repartir joyeux avec des années de travail !... Il a mis en ligne sur YouTube  un long extrait de sa séance. Gerry Ezard, quant à lui, nous a parlé de la musicalité et de ce qu'il faut prévoir à l'avance pour éviter les soucis sur scène... Très intéressant ! Je pense qu’il a fait prendre conscience à plusieurs joueurs de diatonique les défauts qu’on leur reproche couramment. Lui-même est un joueur de chromatique, mais son approche et ses conseils ont passionnés l’auditoire.

Merci de tout cœur à Christophe Minier et à tous les bénévoles de nous avoir permis de vivre des moments aussi forts : quatre jours et quatre nuits des plus intenses… Seule ombre : pour l’instant nous ne sommes pas certains que le festival aura lieu à nouveau tous les ans, mais peut-être un an sur deux… En revanche il est fort à parier que les harmonicistes EUX y seront tous les ans !...Même si la crise qui touche durement la culture au travers des subventions tendent à décourager des efforts qui apportent tant à la riche culture de notre pays ne se réduise pas à des livres d’histoire dans les années à venir…

Voici le beau montage de Jean-Mi, qui suggère bien l'ambiance de ce festival 2011:

110721image015
Partage Facebook
Partage Twitter
Partage Google+