Google-Translate-French to English Google-Translate-French to German Google-Translate-French to Italian Google-Translate-French to Spanish Google-Translate-French to Japanese Google-Translate-French to Korean Google-Translate-French to Russian Google-Translate-French to Hungarian Google-Translate-French to Portugal Google-Translate-French to Swedish Google-Translate-French to Danish Google-Translate-French to Greek Google-Translate-French to Dutch Google-Translate-French to Romanian Google-Translate-French to Chinese (Simplified)
EHD une école d'harmonica pour l'Afrique...

L’Ecole d’Harmonica de Dakar   EHDArticle  paru dans le magazine H2F N°14 - Automne 2008

Proverbe sénégalais : " Celui qui a une bouche ne se perd jamais"

 
EHD image001Quand on cherche des informations autour de l’harmonica, force est de constater que si l’instrument est bien représenté sur les différents continents, il en est cependant un pour confirmer la règle : L’Afrique !...

Nombreux sont les harmonicistes étonnés et interrogatifs face à un tel état de fait. En France on pense alors souvent à Vincent Bucher qui a certainement la plus grande expérience de l’harmonica autour de l’Afrique et qui a joué et joue encore avec nombre de personnalités de la musique africaine…

 

Et qu’est ce qui se passerait si un jour l’instrument avait une opportunité de s’y implanter ? La musique tiens une place importante dans la culture africaine... Quel pourrait donc être l’accueil réservé à notre instrument favoris ? 

C’est en essayant de retrouver des portails par zone géographique sur Internet et des vidéos mettant l’harmonica en valeur que je suis tombé sur une vidéo YouTube, présentant une école d’harmonica africaine ! Vous lisez bien… A Dakar, au Sénégal !

Je me suis donc empressé d’en savoir plus en contactant l’hébergeur de la vidéo qui n’est autre que Jean Dagba : Un jeune harmoniciste sénégalais qui est aussi l’un des plus enthousiastes promoteurs de la musique d’harmonica folklorique en Afrique. C’est lui-même qui a créé cette école. Il est adepte d’un nouveau style musical mélangé à la musique traditionnelle et moderne et a la particularité d’être en même temps un excellant animateur en effectuant  sur scène des danses et des chorégraphies pour amuser son publique. Ce jeune homme est cependant un candidat très sérieux pour la promotion de l’harmonica sur le continent africain...  

Lisez plutôt ses réponses à l’occasion de nos échanges passionnés, ponctués de belles petites notes de musiques qu’il a dans les fontes de son ordinateur pour rajouter au charme du personnage :
 

PR> Jean, peux tu nous dire qui tu es et ton histoire ?

JD> Je m’appelle Jean Dagba et je suis né le 18 Janvier 1981 à Dakar (Sénégal). Je suis le dernier né d’une famille de 5 enfants. J’ai deux frères et deux sœurs, Alain, Franck, Chantale et Flora. Mon père Alexis Dagba était un excellent dessinateur projecteur à l’ASECNA. Ma bien-aimée mère, Denise, au foyer s’est toujours sacrifiée pour ses enfants.

Influencé par mon frère Franck, un passionné guitariste, J’ai passé mon enfance dans mon quartier préféré : Liberté 5.

Après le BAC j’ai étudié la Germanistique à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ensuite j’ai fréquenté l’Institut Goethe de Dakar. Quelques années plus tard, j’ai senti le besoin de m’inscrire à une école de musique appelé « Xalam bi »  pour apprendre la théorie musicale. Fortement influencé par mon professeur de musique, j’ai puisé mon énergie d’une intense spiritualité  et joué souvent des mélodies d’inspiration religieuse et gospel. 

PR> Comment nous décrirais tu ton parcours ?

JD> Tout a commencé en 1995 où j’ai débuté ma carrière musicale avec le groupe de danse  que j’ai moi-même fondé, « The Black Stars of Dakar  ». La créativité et l’ambiance étaient notre slogan. Grâce à notre musique Funk et Mbalax (musique locale), nous jouissions d’une grande considération de la part de nos fans.

En 2000 je me suis intéressé à la musique gospel et j’ai orienté mon jeu vers ce style de  musique ; j’ai aussi participé à plusieurs concerts  gospel. 

Ce n’est qu’en 2004 que j’ai fait l’apprentissage de plusieurs instruments de musique, entre autres le djembé, le balafon, la flûte à bec et la trompette. Ayant une gigantesque passion pour les instruments à vent, j’ai appris à jouer de l’harmonica de manière autodidacte. Ma découverte de l’harmonica est anecdotique. En effet, conseillé par mon professeur de musique d’aller jeter un coup d’œil dans une boutique de vente d’instruments de musique, j’ai vu des harmonicas et sans hésiter j’en ai acheté. Et ce fut le déclic. C’est ainsi que ma passion pour l’harmonica a surpassée les autres instruments.

 EHD image003

A l’école de musique, j’ai été marqué par la musique de mon professeur Jaziel Rodriguez, missionnaire brésilien et de sa femme Irène et d’Antoine Philipe Diompy, enseignant percussionniste. 

Ma première tournée a débutée en Novembre 2005 à l’occasion des Jeux de la Francophonie au Niger. Cette tournée m’a amené à  Kaolack, Tambacounda (Sénégal), Bobo, Ouagadougou (Burkina-Faso) et à Niamey (Niger). J’ai ainsi parcouru presque  toute l’Afrique de l’Ouest. Et partout où je passais, les populations étaient à la fois étonnées de voir un africain comme eux jouer de ce genre d’instrument et émerveillées d’entendre les sons mélodieux que produit l’harmonica. C’est dans les villages les plus reculés de l’Afrique occidentale que les gens en particulier les enfants, appréciaient l’harmonica et m’en demandaient à tour de rôle. « Donnez-moi un harmonica s’il vous plait ! » 

Ma plus importante tournée est celle effectuée en Allemagne en 2006. A Stuttgart, j’ai joué et animé dans plusieurs endroits : Königstrasse, Schlossplatz, Schlossgarten et Marienstrasse. Invité à un collège de Stuttgart (Freie Evangelische Schule), j’ai joué exceptionnellement  l’hymne national allemand devant tous les élèves et enseignants. Et la fin tout le monde voulait recevoir de ma part un autographe. Cette tournée allemande est inoubliable pour moi. J’en ai en profité pour faire un petit tour à Strasbourg et à Madrid. 

Au mois de Mai 2007, J’ai voulu participer au 9ème « International World Music Festival » à Innsbruck, en Autriche. Mais à cause d’un manque de sponsor, je n’ai pas pu être au rendez-vous. 

C’est lors de ma tournée africaine que j’ai eu l’idée de fonder une école d’harmonica parce que les gens de la rue et surtout les enfants sont enthousiasmés d’écouter et de danser sur de la musique d’harmonica. Et pour permettre au maximum de personnes de connaître et d’apprendre à jouer, j’ai fondé officiellement le mardi 7 Août 2007 l’Ecole d’Harmonica de Dakar EHD. Et mon  école est  reconnue par le Ministère de la Culture du Sénégal, la Mairie de Dakar et le Centre Socioculturel de Derklé.

L’EHD a démarré avec cinq harmonicas pour 20 élèves le jour de l’ouverture. C’est par la suite que Andy Bullet (Andreas Duwe), un bluesman allemand par le biais d’un collectif de solidarité composé de joueurs d’harmonica allemands m’a envoyé des colis d’harmonicas (neufs et en occasion). 

PR> Toi-même tu joues du trémolo. C’est un instrument bien adapté aux musiques folkloriques très développées en Afrique, mais tu enseignes le diatonique.... Y a-t-il une raison particulière à cela ?

JD> Je joue le tremolo parce qu’il est plus adapté à la musique traditionnelle africaine et il est souvent accompagné du djembé (tambour). Si j’enseigne le diatonique à mes élèves, c’est simplement parce que je reçois uniquement des diatoniques de la part de mes amis allemands. 

PR> Qui sont tes élèves ? Des enfants ? Des adultes ?

JD> Mes élèves sont des écoliers, des enseignants, des étudiants, des maîtresses de jardin d'enfants,  des moniteurs et monitrices et aussi des ouvriers… 

PR> Ton école a fêtée ses 1 an le 7 Août 2008. Que peux tu dire de ton actualité ?

JD> En janvier 2008, je suis passé à la une d’un journal britannique  HARMONICA WORLD  édité par la National Harmonica League, NHL.

A l’occasion de la Journée  de l’Enfant Africain le 18 Juin 2008, j’ai présenté sur scène avec les enfants une belle « chorégraphie harmonicale ». Huit jours plus tard, j’ai été invité à la radio Manorré FM dans une émission culturelle intitulée « le rendez-vous » Et au cours de cette émission deux de mes élèves ont appelé. L’un a en profité pour jouer une belle mélodie à l’antenne. Cela a suscité chez  moi un sentiment de fierté et de satisfaction, quand on sait que  l’EHD a à peine soufflé sa première bougie et qu’il y a un niveau de base qui est déjà là. 

PR> Quelles sont tes perspectives pour l’avenir ?

JD> L’EHD a déjà formé 5 joueurs de niveau moyen et 10 joueurs de niveau débutant, sans compter les 12 élèves en apprentissage.

L’objectif de l’école d’harmonica est de faire connaître l’harmonica au peuple sénégalais et africain et susciter ainsi une passion pour cet instrument pour favoriser l’harmonie et la paix dans le monde, l’échange interculturel et l’Amitié entre toutes  les nations de la planète. 

PR> Quelle est l’adresse postale de ton école où l’on peut te joindre, ou même venir prendre des cours d’harmonica ?

JD> Jean DAGBA  EHD  BP 13121 Scat Urbam Grand- Yoff Dakar/Sénégal.

        Je te donne aussi mon téléphone : 00221 765963486

  Comme vous pouvez le lire ci-dessus, ce jeune et dynamique harmoniciste sénégalais est encore bien seul à ce jour pour faire vivre son projet. En moins d’un an l’Ecole d’Harmonica de Dakar a déjà réalisé de très belles choses et est une réussite d’exception en elle-même sur un continent où la présence de l’harmonica est encore si rare.

L’EHD a cependant besoin d’avoir le soutien de partenaires qui vont l’aider dans la promotion et dans la formation d’excellents harmonicistes africains. Surtout dans le domaine du blues, car d’après Jean même les grands harmonicistes africains ne maîtrisent pas le jeu du blues à l’harmonica. C’est pourquoi il lance un appel à toutes les bonnes volontés à venir appuyer son projet qui est devenu à présent celui de très nombreux harmonicistes et sympathisants du monde entier.

Je crois ne pas me tromper en ajoutant que si de nombreux professionnels reçoivent eux même du soutien de la part de grandes marques d’harmonica; Jean lui en est encore à essayer de se faire reconnaître, dans le but qu’il décrit. En espérant qu’il soit entendu jusqu’au plus haut niveau et par toute la communauté… cette même communauté si bien représentée sur tous les continents sauf un jusqu’à peut : l’Afrique, qui est un lieu très prometteur pour l’harmonica grâce à des personnes dynamiques, passionnées comme Jean Dagba...

Merci beaucoup à toi Jean et donne nous souvent de tes nouvelles…

  Patrice Rayon

  Références sur Internet :

La page MySpace de Jean Dagba (Plusieurs photos) : www.myspace.com/392534203

La vidéo YouTube de l’école EHD: www.youtube.com/user/JeanDagba

 

Ismaël Lô (Sénégal) : www.ismael-lo.com

Muntu Valdo (Cameroun) : www.myspace.com/muntuvaldo

Jean-Emilien Rakotonandrasana (Madagascar), connu pour être l’un des meilleurs harmonicistes africains, médaillé d’or au championnat du monde d’harmonicas de Détroit (USA) en 1991 :  www.dailymotion.com/video/x2n85k_jean-emilien-soa-tapany_music

 

EHD image005

EHD image007

Partage Facebook
Partage Twitter
Partage Google+